ORATOIRE SAINT YVES

 

 

Cet oratoire érigé près des Landes est consacré à Saint Yves, patron des juristes, des avocats et de la Bretagne.

 

Il fut construit, dans sa forme actuelle, par la famille Le GUEN, en remerciement,  leur fils étant rentré indemne de la guerre 39-45.

 

Le choix du lieu n’est pas dû au hasard. En effet, c’est sur les ruines de la chapelle du Manoir de Kerrurien qu’il fut construit, il est le seul vestige de cette chapelle qui fut complètement délaissée et devint qu’un amas de pierres qui disparurent à leurs tours pour servir à des constructions profanes.

 

En contrebas, se niche une fontaine où raconte la légende :

ZANT ERWAN vint un jour se désaltérer. Les malades, les estropiés, les rhumatisants y venaient avec ferveur et s’en retournaient souvent soulagés. Ils se recueillaient sur le tertre  où le saint avait dû se reposer épuisé de fatigue. Au milieu du bosquet d’arbres, on pouvait encore voir en 1948 une grande niche où trônait une statue du saint grossièrement sculptée dans un bloc de granit, et « repeinte avec goût, par les gens du voisinage » selon l’abbé loyer, prêtre à Grâces. Lors des rogations, au début du 20è siècle, la statue et le pignon étaient décorés de draperies et de fleurs, les pèlerins aspergeaient d’eau bénite la statue avant de continuer leur voyage.

 

C’est le 23 mai 1948 qu’a eu lieu la bénédiction solennelle de l’Oratoire Saint YVES et son premier pardon. Une souscription avait été ouverte dans tout le canton de Guingamp. Le plan de l’édifice fut réalisé par M. l’Abbé Jean BOULBAIN, ancien élève des Beaux –Arts et professeur à l’institution Notre-Dame de Guingamp. C’est l’entreprise Auffret qui se chargea du travail.

  

Le manoir de KERUVIEN ou KERRURIEN (XVI-XVIIème siècle) fut la propriété successive des familles HEMERY (en 1543), LOZ, RUFFLAY (en 1714), Le PRESTRE DE CHATEAUGIRON (en 1739 et vers 1789) puis M. GUYOMAR (qui fut maire de Guingamp). Il possédait jadis un colombier.

La principale construction date du 16è siècle.